“”

On a lu pour vous : Le Lean Startup (Eric Ries)

Vous avez trouvé l’idée du siècle, vous vous regardez dans le miroir en vous disant que les lunettes rondes du maître Steeve Jobs vous iraient à merveille ?

Félicitations ! Que ce soit un produit ou un service, BtoB ou BtoC, le Lean Start-Up mérite votre attention.

Plutôt que de faire vos propres savons seuls dans un coin de votre appartement et de les faire sentir à vos amis pendant un an, pourquoi ne pas se confronter tout de suite aux consommateurs ? Le leitmotiv : gagner du temps et avoir des feedbacks instantanés de vos cibles, un vrai SWOT en temps réel.

Voilà à quoi sert le lean startup. On a lu le livre d’Eric Ries, et on vous fait part de ce qu’on a retenu 🙂

Le lean startup c’est pour qui ? Bon à la base, comme son nom l’indique, le lean startup s’adresse à tous ceux qui portent un projet de startup. Mais cette méthode peut s’appliquer à la mise en place de l’innovation dans tous les secteurs, et dans toutes les organisations.

En quoi ça consiste ?

Le lean startup est la mise en application de la méthode lean (le « just in time » comme on dit, c’est à dire la réduction des stocks et des temps dans le cycle de production) dans des organisations aux approches novatrices. En fait, il s’agit de ne pas se laisser déborder par la vague d’excitation que suggère une innovation, en y appliquant des méthodes de management et des processus fiables.

Le feedback au cœur du processus d’innovation

Produire / mesurer / apprendre, voici le mantra à suivre tout au long du parcours. En bref, l’évolution de votre produit devra se faire sous la forme d’itérations rapides en tenant compte de l’avis du client. Plus question d’avoir un plan à un an pour sortir votre produit, lancez-le sur le marché dans sa version la plus simple, le plus rapidement possible afin de pouvoir obtenir des feedbacks rapides de vos cibles pour ensuite ajuster son évolution au fur et à mesure. L’apprentissage doit être au cœur des modifications de votre produit et doit émaner directement du consommateur.

L’expérience utilisateur au centre des préoccupations

La clé est de mettre l’apprentissage au cœur de l’expérimentation. Ok mais comment ? Une fois que vous avez votre vision du produit ou du service que vous voulez développer :

1/ Formulez des hypothèses : quelle valeur ajoutée va apporter votre produit/service/nouvelle fonctionnalité, à vos clients ? Qu’est-ce qui vous démarque de la concurrence ?

2/ Adossez à ces hypothèses des objectifs chiffrés

3/ Lancez votre produit dans sa version la plus simple : on appelle ça le MVP, produit minimal viable.

4/ Testez ces hypothèses auprès de vos clients

5/ Analysez les résultats par rapport à vos objectifs

6/ Modifiez ou pas votre produit en fonction des retours

7/ Recommencez !

Pour que cela ne paraisse pas insurmontable, soyez ambitieux, mais formuler des hypothèses modestes : en gros, divisez votre produit/service en petites hypothèses que vous validez ou non avec vos clients. Cette méthodologie vous permet de conserver ce qui marche et de vous débarrasser du superflu ou des éléments moins vendeurs.

Pivoter, la clé du succès ?

Dans le milieu startup, on ne parle que de ça : t’as pivoté ? non et toi ? Mais en fait ça veut dire  quoi ?

Imaginez que vous avez eu une idée lumineuse, en bon élève vous avez créé votre startup, développé votre MVP, lancé ce dernier sur le marché, et les feedbacks clients sont catastrophiques au regard de vos objectifs… Vous n’avez pas rencontré le marché comme on dit. Du coup soit vous décidez de persister parce que vous êtes sûr d’être le nouveau Facebook, soit vous prenez la décision stratégique de pivoter c’est à dire de changer de cap !

Il existe plusieurs types de pivots :

  • Restrictifs : se concentrer sur une seule caractéristique du produit.

  • Extensifs : le produit initial devient une des caractéristique d’un produit plus large

  • Changer de segment client

  • Changer de plateforme

  • Changer d’architecture d’entreprise

  • Changer de capture de valeur : comment on gagne de l’argent ?

  • Changer de moteur de croissance : comment on atteint la cible ?

  • Changer : comment le produit parvient au client ?

  • Changer de technologie ?

Attention tout de même, un pivot n’est pas un simple changement, c’est une reformulation des hypothèses de départ, du business model et des moteurs de croissance.

Et en entreprise, ça donne quoi ?

Un entrepreneur n’est pas seulement quelqu’un qui monte son entreprise, tout manager impliqué dans un projet de développement peut utiliser cette méthode. (On parle d’intrapreneur, mot largement répandu ces temps-ci !)

Et pour permettre à une entreprise déjà mature de mettre en place cette méthode, il faut mettre en place des « bacs à sable ». Loin du jeu d’enfant et plus proche de petites équipes indépendantes et multidisciplinaires dédiées à des expérimentations libres. Elles doivent être autonomes pour pouvoir fournir un produit fini. Une startup à l’intérieur de la grosse machine, le fameux principe de boîte dans la boîte.

Ce que nous en pensons : Bon, on vous a rapidement résumé ce que nous avons retenu du lean startup. Maintenant, on ne vous cache pas que cette méthode fait débat, puisque 93% des startup qui l’utilisent se plantent !

Mais ça ne veut pas dire qu’il faut la rejeter dans son intégralité. Nous sommes convaincu-e-s que l’entreprise de demain ne peut pas se priver des feedbacks de ses clients qu’ils soient externes ou internes.

Et c’est bien de ce constat que nous sommes partis pour créer Linkky.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Lu pour vous

Les stratégies absurdes, on l’a lu !

Après avoir relu l’intégralité des Harry Potter, on s’est quand même dit qu’il fallait reprendre la lecture sérieuse. Du coup on s’est lancé dans un petit bouquin qu’on n’a pas lâché jusqu’à la fin tellement Lire la suite…

Vous ne recevez pas encore notre newsletter mensuelle sur l'actu RH ?

 Oh la la, réparez vite cet oubli !